RECHERCHES SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE DES NATIONS

Adam SMITH (1776)

Traduction française de Germain Garnier, 1881 à partir de l'édition revue par Adolphe Blanqui en 1843.

Table des matières

LIVRE PREMIER

Des causes qui ont perfectionné les facultés productives du travail, et de l'ordre suivant lequel ses produits se distribuent naturellement dans les différentes classes du peuple


Chapitre I. De la division du travail
Chapitre II. Du principe qui donne lieu à la division du travail
Chapitre III. Que la division du travail est limitée par l'étendue du marché

Chapitre IV. De l'origine et de l'usage de la Monnaie
Chapitre V. Du prix réel et du prix nominal des marchandises ou de leur prix en travail et de leur prix en argent
Chapitre VI. Des parties constituantes du prix des marchandises

Chapitre VII. Du prix naturel des marchandises, et de leur prix de marché
Chapitre VIII. Des salaires du travail
Chapitre IX. Des profits du capital

Chapitre X. Des salaires et des profits dans les divers emplois du travail et du capital
Section 1. Des inégalités qui procèdent de la nature même des emplois
Section 2. Inégalités causées par la police de l'Europe

Chapitre XI. De la rente de la terre
Section 1. Du produit qui fournit toujours de quoi payer une Rente
Section 2. Du produit qui tantôt fournit et tantôt ne fournit pas de quoi payer une Rente
Section 3. Des variations dans la proportion entre les valeurs respectives de l'espèce de produit qui fournit toujours une Rente, et l'espèce de produit qui quelquefois en rapporte une et quelquefois n'en rapporte point

Digression sur les variations de la valeur de l'Argent pendant le cours des quatre derniers siècles, et sur les effets des progrès dans la richesse nationale, sur les différentes sortes de produits bruts et le prix réel des ouvrages des manufactures
I. Des variations de la valeur de l'Argent pendant le cours des quatre derniers siècles
1re Période, de 1350 à 1570
2e Période, de 1570 à 1640
3e Période, de 1640 à 1700
II. Des Variations de la proportion entre les Valeurs respectives de l'Or et de l'Argent
III. Des motifs qui ont fait soupçonner que la Valeur de l'Argent continuait toujours à baisser
IV. Des effets différents des progrès de la richesse nationale sur trois sortes différentes de Produit brut
V. Conclusion de la digression sur les Variations dans la Valeur de l'Argent
VI. Des effets et des progrès de la Richesse nationale sur le prix réel des ouvrages de manufacture

Conclusion
Table des prix du blé de l'abbé Fleetwood, de 1202 à 1601, et de 1595 à 1764
Tableau du prix du setier de blé, à Paris, de 1202 à 1785

LIVRE II

De la nature des fonds ou capitaux de leur accumulation et de leur emploi


Introduction
Chapitre I. Des diverses branches dans lesquelles se divisent les capitaux
Chapitre II. De l'argent considéré comme une branche particulière du capital général de la société, ou de la dépense qu'exige l'entretien du capital national

Chapitre III. Du travail productif et du travail non productif. - De l'accumulation du capital
Chapitre IV. Des fonds prêtés à intérêt
Chapitre V. Des différents emplois des capitaux


LIVRE III

De la marche différente et des progrès de l'opulence chez différentes nations


Chapitre I. Du Cours naturel des progrès de l'opulence
Chapitre II. Comment l'Agriculture fut découragée en Europe après la chute de l'Empire romain
Chapitre III. Comment les villes se formèrent et s'agrandirent après la chute de l'Empire romain
Chapitre IV. Comment le Commerce des villes a contribué à l'amélioration des campagnes

LIVRE IV

DES SYSTÈMES D'ÉCONOMIE POLITIQUE

Introduction

Chapitre I. Du principe sur lequel se fonde le système mercantile
Chapitre II. Des entraves à l'importation seulement des marchandises qui sont de nature à être produites par l'industrie

Chapitre III. Des entraves extraordinaires apportées à l'importation des pays avec lesquels on suppose la balance du commerce défavorable. - Cours du change. - Banque de dépôt
Section 1. Où l'absurdité de ces règlements est démontrée d'après les principes du Système mercantile
Digression sur les Banques de dépôt et en particulier sur celle d'Amsterdam
Section 2. Où l'absurdité des règlements de commerce est démontrée d'après d'autres principes
Chapitre IV. Des drawbacks (restitution de droits)

Chapitre V. Des primes et de la législation des grains
Digression sur le commerce des blés et sur les lois y relatives
1. Commerce intérieur
2. Commerce d'importation
3. Commerce d'exportation
4. Commerce de transport
Appendice au chapitre V

Chapitre VI. Des traités de commerce. - Importation de l'or. - Droit sur la fabrication des monnaies
Chapitre VII. Des Colonies
Section 1. Des motifs qui ont fait établir de nouvelles colonies
Section 2. Causes de la prospérité des colonies nouvelles
Section 3. Des avantages qu'a retirés l'Europe de la découverte de l'Amérique et de celle d'un passage aux Indes par le cap de Bonne-Espérance

Chapitre VIII. Conclusion du système mercantile
Chapitre IX. Des systèmes agricoles ou de ces systèmes d'économie politique qui représentent le produit de la terre soit comme la seule, soit comme la principale source du revenu et de la richesse nationale


LIVRE V

Du revenu du souverain ou de la république

Chapitre I. Des dépenses à la charge du Souverain et de la République
Section 1. Des dépenses qu'exige la Défense nationale
Section 2. Des dépenses qu'exige l'administration de la Justice
Section 3. Des dépenses qu'exigent les travaux et établissements publics
Article 1. Des travaux et établissements propres à faciliter le Commerce de la société
§ 1. De ceux qui sont nécessaires pour faciliter le Commerce en général
§ 2. Des travaux et établissements publics qui sont nécessaires pour faciliter quelque branche particulière du commerce
Article 2. Des dépenses qu'exigent les institutions pour l'Éducation de la jeunesse
Article 3. Des dépenses qu'exigent les institutions pour l'instruction des personnes de tout âge
Section 4. Des dépenses nécessaires pour soutenir la dignité du Souverain
Conclusion du chapitre premier

Chapitre II. Des sources du Revenu général de la société ou du Revenu de l'État
Section 1. Des fonds ou sources du revenu qui peuvent appartenir particulièrement au Souverain ou à la République
Section 2. Des Impôts
Article 1. Impôts sur les Rentes de terres et Loyers de maisons
§ 1. Impôts sur les Rentes de terres
§ 2. Des impôts qui sont proportionnés au produit de la terre, et non au revenu du propriétaire
§ 3. Impôts sur les Loyers de maisons
Article 2. Impôts sur le Profit ou sur le revenu provenant des Capitaux
Suite de l'article 2. - Impôts qui portent particulièrement sur les Profits de certains emplois
Supplément aux Articles 1 et 2. - Impôts sur la valeur capitale des Terres, Maisons et Fonds mobiliers Article 3. - Impôts sur les Salaires du travail
Article 4. Impôts qu'on a l'intention de faire porter indistinctement sur toutes les différentes espèces de Revenus
§ 1. Impôts de Capitation
§ 2. Impôts sur les objets de Consommation

Chapitre III. Des dettes publiques

" L'Économie politique, considérée comme une branche des connaissances du législateur et de l'homme d'État, se propose deux objets distincts : le premier, de procurer au peuple un revenu ou une subsistance abondante, ou, pour mieux dire, de le mettre en état de se procurer lui-même ce revenu et cette subsistance abondante ; - le second, de fournir à l'État ou à la communauté un revenu suffisant pour le service public; elle se propose d'enrichir à la fois le peuple et le souverain. " Adam Smith


note sur la présente édition

Nous reprenons ici le texte de la dernière édition complète de la Richesse des nations, celle de l'édition de 1881 de la traduction de G. Garnier. L'édition de 1881 se présente donc presque comme un palimpseste, dont l'intérêt principal, aujourd'hui, est d'offrir une vision assez saisissante de la perception de la Richesse des nations qu'en offraient les économistes de l'époque.

Cette édition ne vise pas à être une édition critique, et nous renvoyons les chercheurs intéressés à l'édition de Glasgow ou à celle d'E. Cannan, aisément accessibles.

Enfin, bien que la traduction que nous rééditons ait été l'objet de soins attentifs de la part de Germain Garnier et de révisions de la part d'Adolphe Blanqui et de Joseph Garnier, elle reste bien évidemment perfectible.

Il est de notre devoir d'indiquer à ce propos une difficulté importante, qui dépasse le problème de la traduction stricto sensu. Il s'agit de l'emploi par Smith de deux termes, qui sont en même temps deux concepts, pour désigner ce qui après lui sera regroupé sous un même terme, celui de capital. Les traducteurs emploient l'expression " capital ou fond " pour traduire soit " stock ", soit " capital ". Le premier terme est évidemment intraduisible en français, et s'oppose à la notion de flux, le terme " stock " désignant la richesse qui, au cours d'une période de temps donnée, ne circule pas.

Le capital, est un fond avancé qui rapporte un profit. La tradition économique postérieure à Smith tend à confondre (à tort ou à raison) tout stock avec le capital. Cela explique que joseph Garnier traduise finalement, dans les titres du Livre Il et de ses chapitres 1, Il, IV le mot " stock " par " capital ".

De la même façon, il arrive que les mots coin, money, soient traduits indifféremment par argent, monnaie ou monnaie frappée.

Ces problèmes de traduction sont classiques. Nous pensons cependant que la traduction de Germain Garnier, grâce à laquelle des générations d'économistes français en prirent connaissance (et le citèrent), doit toujours être mise à la disposition du public.